Le Carnet À Spirales .

https://www.facebook.com/librairielecarnetaspirales/?fref=nf

Les lectures de l'équipe du Carnet à spirales pour vous aider dans vos choix, vous accompagner dans vos nuits blanches, dans vos heures d'évasions romanesques.
Peu adeptes des étoiles nous avons décidé d'en donner 5 par défaut à nos recommandations.
Au plaisir de vous lire et de vous recevoir au Carnet à spirales

CORRESPONDANCE - (1944-1959)
15 janvier 2020

Catherine Camus met en lumière la relation fusionnelle que vivaient éperdument son père, Albert Camus, et l’actrice Maria Casarès en autorisant la publication d’une correspondance volumineuse, transcendante, lumineuse.

« À bientôt ma superbe. […] Je t’embrasse, je te serre contre moi jusqu’à mardi où je recommencerai. » Ce sont les derniers mots de l’ultime lettre d’Albert Camus à Maria Casarès écrite le 30 décembre 1959, quelques jours avant le décès brutal de l’écrivain. L’histoire a commencé quinze ans plus tôt pendant les répétitions de la pièce de Camus, Le Malentendu, dans laquelle la brune et sensuelle actrice joue le rôle de Martha. Contrairement à ce personnage, qui n’a jamais connu l’amour et dont « personne n’a embrassé [la] bouche », Maria Casarès et Albert Camus s’enflamment littéralement. Cette passion dévorante donne naissance à une correspondance aussi incendiaire qu’abondante qui s’étale entre 1944 et 1959, interrompue malgré eux pendant quatre ans. Les amants renoncent en effet à cette folie amoureuse car Camus est marié et le retour d’Algérie de sa femme Francine les contraint à mettre fin à leur relation physique et épistolaire. Mais en 1948, le hasard ou le destin les réunit et cette fois ils ne se quitteront plus, même si leurs obligations familiales et professionnelles les éloignent souvent. Certes, Camus, séducteur invétéré, aimait les femmes, ce n’est un secret pour personne, à commencer par sa propre mère, son premier amour. Il eut évidemment plusieurs maîtresses mais c’est Maria la volcanique, Maria la solaire, qui fut « l’Unique » comme il la surnommait. En témoigne ce document impressionnant, preuve irréfutable d’un amour inconditionnel et incandescent mais aussi d’un amour spirituel et intelligent nourri de leur passion conjointe pour le théâtre, leur goût de la justice, leurs questionnements sur l’existence et leur souffrance de l’exil avec, en une sorte de filigrane, cette citation de Camus : « Je ne connais qu’un devoir et c’est celui d’aimer ».
In "Page des libraires" - novembre 2017

Le Champ

Sabine Wespieser Éditeur

21,00
8 janvier 2020

Une vie entière en quelques fragments, un village en quelques portraits, un tour de force réalisé par Robert Seethaler dans un texte d'une construction originale, d'une poésie distillée avec finesse. Comme dans un puzzle, les portraits forment des pièces rassemblées en un tableau pour donner, à partir de morts couchés en ce champ sous des croix immobiles, une vivante partition. C'est simplement beau, entêtant, brillant.
On conseille à 100 % cette oeuvre rare.

Sale gosse

L'Iconoclaste

18,00
8 janvier 2020

Cette histoire est inspirée du travail journalistique de l’auteur ainsi que du parcours de son père, éducateur social.
Inspirée également du film « Polisse », le récit s'intéresse aux enfants abandonnés et à leur avenir incertain.
Nous suivons Wilfried, jeune garçon placé très tôt chez un couple aimant qui s'épanouit dans le foot en intégrant un centre de formation. Sanguin, à vif, il s'en fera exclure malgré une belle carrière promise. Démarre alors une vie chaotique.
Autre personnage fort, Nina, nouvellement éducatrice, bout de femme de caractère dont la vie prend un nouveau virage à force d’abnégation et de sacrifices.
Un très beau premier roman immersif, touchant et sensible, une lecture dont on ne sort pas indemne !

DES FLEURS POUR ALGERNON

Keyes Daniel

Flammarion

11,50
24 décembre 2019

Des fleurs pour algernon

Un classique de l'imaginaire qu'il ne faut surtout pas ne pas lire adapté enfin pour les enfants, adolescents !

"Je veu devenir un téligen !", Charlie Gordon 33 ans à l'âge mental d'un enfant de 6 ans. Il souhaite changer plus que tout ! C'est à travers ses compte-rendus que l'on va le découvrir.
Jour après jour il écrit "son journal intime" sous ordre des médecins. C'est obligatoire s'il souhaite être opéré pour devenir plus intelligent... en tout cas c'est ce qu'ils lui promettent ! Charlie nous touche et nous bouleverse.
Après l'intervention, les questions surviennent... Qui est-il réellement ? Qu'est-ce que le bonheur et après tout qu'est-ce que l'intelligence ?

Algernon la petite souris qui accompagne Charlie illustre à merveille cette adaptation !

Des fleurs pour Algernon
24 décembre 2019

Des Fleurs pour Algernon

"Je veu devenir un téligen !", Charlie Gordon 33 ans à l'âge mental d'un enfant de 6 ans. Il souhaite changer plus que tout ! C'est à travers ses compte-rendus que l'on va le découvrir.
Jour après jour il écrit "son journal intime" sous ordre des médecins. C'est obligatoire s'il souhaite être opéré pour devenir plus intelligent... en tout cas c'est ce qu'ils lui promettent ! Charlie nous touche et nous bouleverse.
Après l'intervention, les questions surviennent... Qui est-il réellement ? Qu'est-ce que le bonheur et après tout qu'est-ce que l'intelligence ?

Un classique de l'imaginaire qu'il ne faut surtout pas ne pas lire !