Basse naissance

Basse naissance

Kerry Hudson

Philippe Rey

  • par (Libraire)
    19 mai 2020

    Un magnifique témoignage

    Kerry Hudson est une autrice écossaise de talent. Elle a écrit précédemment deux romans sociétaux superbes se déroulant dans sa contrée d'origine : L'Ecosse.

    Dans Basse Naissance, nous découvrons cette fois-ci une autobiographie qui nous conte l'histoire de la pauvreté en Ecosse dans les années 80. Cet ouvrage explique comment les plus pauvres ont encore moins qu'avant au fil des années... Sans aucun misérabilisme ni larmes, Kerry Hudson fait le difficile cheminement qui l'a menée à cette femme qu'elle est aujourd'hui.
    Un ouvrage nécessaire pour comprendre un peu mieux notre monde est ses injustices. A classer entre les essais et le témoignage.


  • par (Libraire)
    19 avril 2020

    Aux origines

    J'avais été happée par Tony Hogan m'a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman, un roman qui mêle la précarité la plus injuste à une fureur de vivre réelle. Dans Basse naissance, Kerry Hudson nous emmène aux origines de ce roman qui puise dans sa propre histoire. À bientôt 40 ans, il était temps de parcourir le passé pour mieux vivre l'avenir.


  • 21 février 2020

    Inhumaine précarité : enquête sociale en Ecosse

    Enquête d'une écrivaine britannique sur les lieux de son enfance : des centres d'accueil d'urgence et de l'aide sociale à l'enfance aux conférences littéraires londoniennes, quelle est la place de cette femme dans la société ? Quelle identité construire sur une enfance angoissée par l'insécurité matérielle et affective, transmise aux femmes de sa famille de génération en génération ? Par quels mécanismes la violence et la pauvreté se transmettent-elles ? Comment les déjouer ? Pourquoi la reproduction de ces inégalités ne rencontre-t-elle que l'indifférence et la résignation des politiques ? Récit-témoignage d'une trans-classe en alerte.

    Anne-Marie


  • 26 janvier 2020

    Résilience

    Le récit s’intitule « Basse naissance ». Et s’il existait un terme désignant
    quelque chose d’encore plus bas que bas, alors il faudrait l’employer pour
    expliquer d’où vient Kerry Hudson. Heureusement cependant, ce récit n’est pas
    qu’une longue descente aux enfers, mais il raconte aussi combien l’existence
    peut se révéler surprenante, et gratifiante, de quelle manière l’écriture
    sauve parfois la vie.

    Les lecteurs français connaissent Kerry Hudson depuis 2015, année où elle a
    remporté le prix Femina étranger pour « La couleur de l’eau ». Aujourd’hui,
    elle laisse de côté la fiction pour se consacrer au récit de son enfance et de
    son adolescence, auxquelles elle a miraculeusement survécu. Sa mère est toute
    jeune lorsqu’elle tombe enceinte. Elle hésite à avorter, décide finalement de
    garder le bébé, mais se montrera totalement incapable de s’en occuper,
    confiant Kerry à intervalles réguliers aux services sociaux.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    18 janvier 2020

    Une réussite qui confirme le talent de Kerry Hudson

    Le témoignage touchant et émouvant de l'auteure sur son enfance. On pense tout de suite aux films de Ken Loach.


  • par (Libraire)
    7 janvier 2020

    Lauréate du prix Femina étranger 2015 pour son roman "la couleur de l'eau", l'écrivaine britannique Kerry Hudson s'empare de ses démons et se dévoile avec beaucoup de courage dans ce récit autobiographique coup de poing.

    La romancière primée est issue des coins les plus pauvres d'Ecosse et a grandi dans les quartiers défavorisés de Aberdeen; vingt ans de précarité extrême durant lesquelles elle a subi la pauvreté, la vraie, un dénuement sans égal qui a rongé les entrailles de la famille dysfonctionnelle qui l'entourait.

    Faim, insécurité, alcool, violence, services sociaux furent le quotidien de cette enfant qui décide vingt années plus tard de donner la parole aux plus démunis.

    Par le biais de cette confession intimiste et tragique, l'auteure se libère de la honte et de la peur qui l'ont si longtemps tiraillée pour mieux accepter l'omniprésence de cette petite fille qui marche à ses côtés en toute innocence.

    Un livre fort, terriblement méritant qui tente de réconcilier passé et présent pour mieux surmonter les traumatismes.

    Vertigineux.